3. 1965. MON PREMIER LIVRE : LE VOYAGE EXTRAVAGANT

               

                               

          Ce premier livre me fut inspiré lors d'un séjour à New York, alors que j'étais complètement immergé sous un flot de paroles que j'avais du mal à assimiler  
et que, par la force des choses, je me trouvais, en quelque sorte, réduit à n'être qu'une grande oreille.
        Voir et entendre étaient les seules capacités qui m'étaient accordées mais au détriment de toutes les autres facultés : celles de m'exprimer et de donner mes opinions entre autres. En somme, j'en étais presque réduit, par suite de mes faiblesses en anglais et par la réserve que cette ignorance m'imposait, au mutisme et à la rancune.

                   

        Projection de moi-même, mon double en quelque sorte, le protagoniste de ce "Voyage extravagant" qui comme son nom l'indique, avec un caractère bien trempé, le petit Hugo Brise-Fer, était donc taillé au reflet de ce désir et cette hargne qu'il avait de partager et de participer avec ses semblables puisque sous divers prétextes, dont celui de la barrière de la langue et du dépaysement, il était empêché de contribuer à ce dont il était témoin, à ce qui se décidait sans lui et même à ne pouvoir contester ce qu'on réalisait, sous ses yeux, à partir de l'interprétation de ses idées.

        C'est pourquoi, au cours d'un voyage surréaliste et d'une quête initiatrice, Hugo Brise-Fer rencontrera donc une grande oreille... puis un bel œil perdu dans l'extase de ses contemplations ... puis une bouche tonitruante et intarissble... puis un labyrinthe dans lequel il se perdra... avant d'arriver devant le miroir des confrontations qui ne lui renverra pour conforter son identification, qu'une image de sa petite personne en mal d'elle-même.
     Le titre original :
              "Le voyage extravagant d'Hugo Brise-fer" avait été primitivement traduit pour le marché des États-Unis par :
              "The secret Journey of Hugo the brat"
.

                             

           Mais, le terme "the brat" étant jugé plutôt vulgaire et péjoratif en United Kingdom of England, le distributeur anglais de nos livres, W.H. Allen, nous ayant déconseillé d'utiliser ce même titre pour la version anglaise, le titre évolua pour devenir :
              "The secret journey of rambunctious Hugo"

                              

        Nicole Claveloux l'illustratrice à qui j'avais confié le soin de concevoir les couvertures fut donc contrainte de réaliser trois couvertures différentes puisqu'elle avait pris le parti d'inclure, graphiquement, calligraphiquement, les mots écrits de sa main du titre dans son illustration. 

 
 


28/02/2006
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres